Agadir se souvient : il y a 60 ans le tremblement de terre qui détruisit la ville

Mis à jour : oct. 13


Cérémonie religieuse ce 28 février au cimetière de Yachech - Photo Michel Terrier recadrée

Des manifestations du souvenir marquent cette année à Agadir le 60e anniversaire du tremblement de terre du 29 février 1960, à 23 h 41, qui fit 16'000 disparus, 15'000 blessés et détruisit la ville. Son épicentre se trouvait directement sous la cité, d'où les immenses dégâts qui s'ensuivirent. Evidemment moins importants que celles du cinquantième, ces événements ont commencé ce 28 février au matin par une cérémonie oecuménique de recueillement au cimetière de Yahchech. Le cortège était emmenée par Brahim Hafidi, président du Conseil régional de Souss Massa, le wali de la Région et le maire d'Agadir, le très contesté Salah El Malouki.

Exposition des photos des frères Gautier - Photo Michel Terrier

L'Institut français présente depuis le 27 février et jusqu'à fin mars une exposition de photos des frères Manuel et Landry Gautier. Ces instantanés montrent Agadir avant et après le séisme, ainsi que des portraits du Sud. Une autre exposition est dédiée aux architectes de la reconstruction.


Ce 29 février, à partir de 12 h 45, la chaîne 2M diffusera une émission spéciale de plusieurs heures en direct d'Agadir. Pour sa part, Poste Maroc, que je ne porte guère dans mon coeur, présentera le timbre qu'elle émet à l'occasion de cet anniversaire. Suivra, devant le Mur du souvenir, un hommage solennel aux nations, principalement France, Etats-Unis et Espagne, ayant participé aux secours aux sinistrés et à la reconstruction de la cité. Fortement médiatisé, le séisme avait provoqué la première vague de solidarité mondiale de l'histoire. Les dégâts avaient été estimés entre 70 millions et 120 millions de dollars de l'époque.


Pour éviter la propagation des maladies, le roi Mohammed V (montage ci-dessus) avait décidé de raser la ville détruite, de la rebâtir plus au sud et de la rendre conforme aux normes parasismiques. Près de 45 millions de dollars seront investis dans la première étape de ce projet. D'où la fameuse citation du souverain alaouite inscrite sur le Mur de Souvenir (photo ci-dessus) : «Si le Destin a décidé la destruction d’Agadir, sa reconstruction sera due à notre volonté et à notre foi».


Autres articulations de ce 60e anniversaire : des tablettes indicatives et commémoratives seront dévoilées sur des édifices repères de la ville et des rues seront nouvellement baptisées. Au soir du 29 février, l'Orchestre philharmonique du Maroc animera une soirée oecuménique et des lanternes seront lancées symboliquement.


Jeunes générations


Une exposition collective d'artistes natifs d’Agadir prévoit un hommage posthume à Larbi Babahadi et une cérémonie de signature du livre d'Abdallah Aourik intitulé "Où étiez-vous le 29 février 1960 ?"


Des activités et des expressions artistiques et culturelles auront pour objectif de sensibiliser les jeunes générations au patrimoine et aux mutations qu’a connues la ville.


Enfin, un colloque national se déroulera le 3 septembre sur le thème "Agadir ressuscitée, le questionnement de la mémoire et les défis du futur".

                   Additional information about the riad : 0041 79 240 26 32

google223a4169dbd5a715.html